vendredi 14 mars 2014

On en oublierait que Sarko a un téléphone occulte comme les dealers

Franchement de savoir si la ministre de la Justice ou le ministre de l'intérieur savaient ou ne savaient pas ne m'émeut guère. Cela semble exciter le petit monde médiatique où à partir de détails de détails on monte des aspects périphériques en mayonnaise jusqu'à en oublier le principal de l'affaire.

Car il ne faut pas oublier qu'il existe une véritable affaire judiciaire qui est celle du soupçon de financement en 2007 par l'ancien président libyen Khadafi de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy à hauteur de 50 millions d'Euro.

On comprend l'intérêt de certains milieux politiques à essayer de desserrer les pressions judiciaires dont fait l'objet l'ancien chef de l'État en créant des feux et contre-feux avec l'aide de médias complaisants ou de médias sans grandes qualités rédactionnelles. Ces contre-feux n'ont bien peu d'intérêts.

Car il reste le fond de l'affaire et les agissements d'un justiciable qui semblent plus que surprenant. A commencer par cette histoire de téléphone. On apprend en effet que monsieur Sarkozy possède un téléphone avec une ligne ouverte sous un nom d'emprunt, Paul Bismuth. Une méthode d'ailleurs régulièrement utilisée par les trafiquants de drogue.
Les policiers auront d'ailleurs beaucoup de mal à identifier les fameux téléphones occultes.
Une drôle de pratique pour un justiciable pour lequel certain réclame une clémence bienveillante à laquelle n'auront pas droit les plus humbles des justiciables.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire