lundi 6 juin 2016

Et si François Hollande sacrifiait Valls...



Les mois passent et la situation en terme de popularité de François Hollande ne s'améliore pas si ce n'est qu'elle se dégrade.
Le quinquennat de François Hollande, c'est bien sûr une suite ininterrompue de rendez-vous ratés avec les Français, mais c'est aussi un tournant libéral incarné par la nomination à Matignon de Manuel Valls.

Valls, le mal-aimé de la primaire socialiste devenu zélé serviteur de François Hollande candidat puis président, n'a jamais fait l'unanimité au sein des socialistes qu'ils soient sympathisants, militants ou élus. Les multiples ruptures souvent provoquées par Manuel Valls n'ont cessé de fragiliser le président et de diviser le Parti.

L'attitude de Manuel Valls faite d'intransigeance et d'arrogance n'a cessé de contribuer à diviser, à opposer. Un dirigeant syndicaliste pourtant proche du PS en a dressé le portrait d'un sous-Sarkozy énervé, nul en économie et sourd au dialogue social.

Certains voudraient voir en la loi travail une simple difficulté passagère du quinquennat mais elle est plutôt révélatrice d'une véritable rupture de confiance entre les Français et un premier ministre qui ne parvient plus depuis des mois à convaincre, même au sein de son groupe parlementaire. Si les élus ne suivent pas ou traînent des pieds ce qui est sans nul doute le cas de la majorité d'entre eux, il est illusoire de convaincre le cercle de plus en plus restreint des militants, des sympathisants et des électeurs. 
Si Valls parvient à sortir de l'imbroglio de cette loi travail, les difficultés reviendront plus vite que prévu sur un autre sujet, même anodin, mettant encore en péril un peu plus la majorité socialiste.

La gestion calamiteuse de cette loi travail depuis le début illustre chaque jour un peu plus l'incapacité du premier ministre à dialoguer et à anticiper les problèmes. Dès le début, la présentation d'un texte provocateur en commission a contribué à mobiliser les adversaires au texte. L'utilisation du 49 ter a mis fin prématurément à la discussion parlementaire mais aussi syndicale qui aurait pu faire émerger des positions de compromis, y compris pour le passage en seconde lecture. 
Finalement, il n'y aura que bien peu de compromis pour cette adoption en première lecture ce qui laisse présager une situation encore plus tendue lors du passage en seconde lecture d'un texte lesté des inévitables amendements provocateurs d'un Sénat majoritairement à droite.

Cette gestion des affaires est désastreuse car elle offre l'image d'un président affublé d'un premier ministre crypto-rigide, sourd aux problèmes des français, indifférent aux multiples défaites électorales de la Gauche qui espère être réélu grâce à une hypothétique reprise économique - qui pourrait se faire sans effet sur l'emploi - et à la division de la droite qui le qualifierait face à Marine Le Pen. Pourtant, il exister une alternative à ce pari hasardeux qui ouvrirait de fait un boulevard à une droite revancharde et rétrograde.

Aujourd'hui, on ne voit pas comment François Hollande pourrait mobiliser à Gauche pour être qualifié au second tour sans donner des gages à la gauche de l'échiquier politique et social. Le seul moyen de déverrouiller la situation actuelle consisterait à se séparer de Valls et à entamer un tournant social, plus proche des aspirations sociales du François Hollande du Bourget.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire